Bleu Océan Le doc reprend pour une saison 4 ! La série de documentaire accentuera l’accent sur la biodiversité, l’impact du réchauffement climatique global et tout autre activité économique ou sportive liées à la mer sous un angle écologique.

Des réalisateurs impliqués

Une équipe de 4 réalisateurs nous embarquent aux cinq coins de la Polynésie pour nous rapporter des images et des histoires d’hommes et de femmes, dont leurs vies sont étroitement liées à l’océan et au lagon.

La collection

Il s’agit toujours de poursuivre cette série de découverte « consciente » qui part à la rencontre des « gens de la mer » avec le prisme de la protection de l’environnement.

Le téléspectateur découvre plusieurs personnages qui lui font partager leurs vies et leurs activités autour de l’océan.

Dans chacun des documentaires, nous évoquons les grandes thématiques de protection, de passion pour l’océan à travers le quotidien et les activités des personnages.

Il s’agit de découvrir un lieu et des hommes et des femmes, avec en permanence la question de la fragilité du milieu marin.

A l’heure des grandes inquiétudes environnementales.

A l’heure des grandes questions sur le réchauffement climatique et la montée des eaux, nous proposons un état des lieux des ressources et des enjeux en Polynésie.

Mais il ne s’agit pas de tableaux et de chiffres mais bien d’humains.

Ces inquiétudes et ces angoisses : comment se vivent-elle au quotidien ?

La Polynésie vue de loin est un paradis, mais un paradis à protéger, et ce sont les femmes et les hommes de « bleu océan» qui sont en premières lignes.

Une collection documentaire qui montre dans l’action ceux pour qui la préservation de l’environnement et surtout du milieu aquatique est un combat.

Les réalisateurs ne sont pas neutres, ils connaissent bien les archipels. Qu’ils y vivent depuis longtemps, qu’ils viennent d’arriver ou qu’ils soient de passage, ils ont tous une appréhension des questions environnementales très fortes et cela guide leurs films.

Leurs regards, leurs inquiétudes, leurs espoirs sont les moteurs de des films.

Une collection qui s’adresse à un public essentiellement ultra-marin, mais plus généralement à tous ceux qui ont conscience des enjeux environnementaux pour adresser un message d’espoir, mais aussi une prise de conscience qu’au-delà de la belle image, il y a des ressources à sauvegarder.

Cette nouvelle saison nous emmènera en plongée, nous partirons aussi à la pêche au thon, tout en évoquant les inquiétudes liées aux cyclones, 10 documentaires au plus près de la vie et de l’actualité de l’océan.

Pêche gardée en Polynésie

Le réalisateur Nicolas Pruvot nous embarque avec lui à bord du Patrouilleur Arago et du Guardian pour une surveillance de la “ZEE” (Zone Economique Exclusive) en Polynésie.

Un documentaire de 26 minutes bientôt sur Polynésie 1ère.

Le pitch

La France possède la plus grande Zone Économique Exclusive mondiale. 40% de la ZEE Française est en Polynésie. Cette immense zone maritime représente un atout de taille pour le rayonnement de la France dans le monde et c’est aussi et surtout un potentiel en ressources halieutiques gigantesque pour les Polynésiens. Seuls les pécheurs Polynésiens sont le droit de pêcher dans cette zone aussi vaste que l’Europe. Mais sont-ils réellement les seuls à y pêcher ?Comment peut-on surveiller et verrouiller une surface maritime aussi grande?A l’heure des polémiques grandissantes et des craintes partagées par beaucoup en Polynésie.A l’heure où tout se dit à propos des pêcheurs étrangers, où les théories les plus extrêmes se partagent sur les réseaux sociaux. A l’heure où l’on parle d’un pillage massif de la ZEE par les pêcheurs Asiatiques, il est temps de rétablir un peu les choses et de découvrir le lourd dispositif mis en place par la France pour verrouiller cette zone.Nous embarquons à bord du Patrouilleur Arago pour une longue mission à la frontière de la ZEE à l’est des Marquises, à hauteur de la «Tuna Belt» (une zone dense en thon)où se concentrent les flottilles des pêcheurs asiatiques. Nous découvrirons le quotidien en mer des 35 marins de l’Arago pour qui la police des pêches est bien plus qu’une simple mission. Nous décollons à bord du Falcon 200, le Gardian, pour survoler à très basse altitude et surprendre chaque navire de pêche étranger, pour l’interroger, le photographier et assoir la présence d’une surveillance permanente des eaux Françaises.Et enfin, nous découvrons le Centre Maritime Commun ou des militaires surveillent 24h/24 et 7j/7,par satellite, l’intégralité de la ZEE. Des milliers de photos sont prises par satellite chaque semaine, c’est ici, à terre, que se joue le plus gros de la surveillance de la ZEE Polynésienne. Bleu Océan nous plonge dans ce dispositif bien rodé qui se joue sur quatre fronts: sur terre –en mer –dans les airs –dans l’espace. Les moyens déployés sont colossaux, aucun autre pays du pacifique n’a les mêmes. Sont-ils efficaces?

Bleu Océan, Pêche Gardée en Polynésie – Nicolas Pruvot