« Ca Pousse Au Fenua, Le Mag » est une émission hebdomadaire de 13 minutes qui propose aux téléspectateurs un voyage sur les terres des cinq archipels de Polynésie française. Tout au long de cette saison, nous allons revenir sur ce qui fait l’une des richesses de notre Pays, et souvent participe de son identité.

Présentée par Aita Arnold-Tarahu
Production : Les Films du Pacifique Tahiti
Coproduction : Polynésie la 1ere

Diffusion à partir du lundi 3 mai 2021 à 19h30.

Une série de 30 magazines de 13 minutes diffusés sur Polynésie la 1ère, produite en 2021-22

LES REPLAYS sur Polynésie la 1ère : Ca pousse au Fenua

Ça pousse au Fenua : Le plan agricole S1-E1

Le 18/02/2021, La Polynésie française s’est dotée à l’unanimité de ses Représentants à l’Assemblée d’un schéma directeur pour le développement de l’agriculture d’ici à 2030. Le plan est proposé par Tearii Alpha, Vice-Président et Ministre de l’agriculture. 5 axes, 29 orientations prioritaires déclinées en 300 actions devraient permettre à l’agriculture polynésienne de réussir sa mutation agro-écologique. Le développement des filières apportant l’amélioration de la qualité et l’augmentation de 800 hectares de la Surface Agricole Utile (SAV) constituent les 2 piliers de ce développement proposé comme un vrai projet de société pour l’ensemble de la Polynésie.

Ça pousse au Fenua : Le uru S1-E2

Retour en images sur le compagnon de tous les temps, l’arbre à pain ou encore le maioré, inconditionnelle ressource alimentaire du fenua, dont l’usage et l’utilisation ne cesse de se diversifier. Rencontre avec Matahi Tom Tsing Vien, qui nous invite à découvrir son verger de Uru, à Hi’tiaa, dans propriété familiale. Il se réapproprie les gestes ancestraux des cultivateurs d’antan, en variant ses plantations dans son faapu, pour sa consommation personnelle. Le URU, l » arbre de vie, un arbre généreux, présent dans toutes les iles de nos archipels, qui permet de fournir une alimentation hebdomadaire, bon marché, saine et équilibrée, tout au long de l’année.

Ça pousse au Fenua : L’agriculture biologique S1-E3

L’agriculture biologique, une filière dont le gouvernement a fixé l’objectif de 25% de la production à l’horizon 2030. Nous vous ferons découvrir les organismes existants d’ ores et déjà en Polynésie Française et nous vous expliquerons les enjeux d’un choix durable dont le parcours ne sera pas sans conséquences pour l’environnement et la santé. Paul,Stéphanie,Jean-Baptiste Tavanae et Heia Teina, acteurs engagés dans cette démarche, nous partagerons leur expérience personnelle et professionnelle.

Ça pousse au Fenua : L’ananas S1-E4

L’ananas de Tahiti, plus communément cultivé sur l’ile de Moorea, porte le nom de “QUEEN Tahiti”. Sa forme et ses saveurs parfumées et intenses en font un fruit délicieux et savoureux qui se distingue des autres espèces et variétés existantes dans le monde.
Rencontre avec Jean Tama, le fils du premier président de la COPAM, la Coopérative des planteurs d’ananas de Moorea, qui nous dévoile le travail spécifique et difficile de ces agriculteurs.
L’ananas se réinvite, se réinvente dans nos palais et nos assiettes, nous ferons un petit tour d’horizon sur ce que ce fruit de notre production locale nous offre davantage encore.

Première diffusion : 09/09/2021

Ça pousse au Fenua : Le miel S1-E5

La production de miel est en hausse permanente depuis les années 2010. La Polynésie est indemne de maladies graves et de ravageurs comme le Varroa qui sévit dans le monde entier, même si la loque américaine a fait son apparition notamment aux iles sous le vent. Avec l’absence de prédateurs, c’est ce premier patrimoine exceptionnel que professionnels et pouvoirs publics veulent protéger. Ça pousse au fenua le mag, nous allons voleter dans les hauteurs de Papeete avec Kala’i Selam puis vers les marquises, avec Poe Mendiola pour découvrir la filière apicole et l’univers de ses reines et nombreuses ouvrières. Et enfin Olivier Vergnet nous présentera les produits du rucher comme ce fameux hydromel dont les secrets de fabrication ont bien été gardés en Polynésie.

Première diffusion : 16/09/2021

Ca pousse au Fenua : L’horticulture S1-E6

Fleur exotique d'horticulture

Les fleurs exotiques, notamment les Alpinia, ainsi que la tiare Tahiti, sont les principales fleurs exploitées en Polynésie française. La culture florale est également orientée vers la fourniture de feuillages, de fleurs coupées, et de plantes en pots. Ça pousse au fenua le mag vous emmène pour un tour fleuri avec une halte à Papara où nous retrouverons Patricia Hoata, la Présidente de Hei Tini rau qui fédère les différentes associations et rassemble aujourd’hui plus de 300 horticulteurs professionnels. Maruia Tahitorai nous fera découvrir sa collection d’une centaine variétés de Auti et Hans Rauscher nous ouvrira les portes de son jardin merveilleux qui s’étend sur quelques 4 hectares à la presqu’ile. Et enfin, nous retrouverons Patrice Jambon dans sa boutique à Papeete qui nous parlera de son métier de fleuriste et de son art de confectionner un bouquet.

Première diffusion : 23/09/2021

Ca pousse au Fenua : Les oeufs S1-E7

Nulle part ailleurs, on entend les coqs comme à Tahiti, nulle part ailleurs, on ne voit tant de poules dans les manguiers. D’ailleurs, la Polynésie est autosuffisante en oeufs. Nous en consommons près de 4 millions par an, équivalent environ à 20 douzaines par habitant.
Ça pousse au Fenua vous emmène dans les coulisses des poulaillers de Polynésie. Vous suivrez le parcours de ces poussins d’un jour importés, qui arrivent par avion sur le Fenua. Une première étape sanitaire et les voilà repartis sous forme de quotas entre les différents éleveurs.
La filière avicole se structure et s’oriente vers des modes d’élevages plus sain et plus respectueux des animaux.
Nous vous inviterons à découvrir un élevage, l’un des premiers qui s’inscrit dans cette démarche. Direction Arutua avec la famille Maout, et leurs centaines de poules qui roucoulent doucement dans leur paradis de poulailler sur le motu.

Première diffusion : 13/10/2021

Ca pousse au Fenua : La canne à sucre S1-E8

On la dit noble. Elle porte le joli nom de O’tahiti, c’est une canne à sucre.
Endémique de Tahiti, comme une petite dizaine de cousines qui avaient, depuis des centaines d’années, élu domicile dans les îles du Fenua. Son origine se situe certainement en Papouasie Nouvelle-Guinée. En 2020, la culture de cannes à sucre représente une surface de 49 hectares, pour 54 planteurs professionnels.
Avec l’explosion du Bio et la demande de plus en plus qualitative que connaît l’industrie du Rhum, la canne de Tahiti retrouve ses quartiers de noblesse.
Ça pousse au fenua le mag part à la rencontre de David Moux à Papara, Olivier Duret à Taha’a et Jérôme Chapelier à Moorea qui nous parleront de leur passion pour cette noble dame.

Première diffusion : 06/10/2021

Ca pousse au Fenua : Les fruits S1 E9

Mangue, papaye, bananes, ananas, corossol, litchi, abiu, pomme cannelle … la liste est longue !
Ça pousse au fenua le mag vous invite pour un voyage dans les vergers de Polynésie ; voyage dans la montagne à Tahiti ; voyage sur les deux côtes. Nous irons tout d’abord à l’Est, à Hitiia, à la rencontre particulière d’un fruit, le Pomelo, et surtout d’un personnage au nom de famille bien connu chez nous : Brice Coppenrath.
Puis de l’autre côté de la montagne, à Papeari, nous rencontrerons Philippe Falchetta, ses ramboutans et ses mangoustans. Mais pas que… Des arbres fruitiers, il en a planté presque 2000 pieds. Et là encore, c’est une histoire de grands-parents fascinants qui lui ont transmis l’amour des fruits et l’envie de planter.

Ca pousse au Fenua : L’amendement S1 E10

Un amendement a pour objectif d’améliorer un sol, de façon durable, au niveau de sa texture, de sa structure ou pour compenser une carence en tel ou tel élément.
Et pour diminuer les recours aux engrais et aux produits chimiques, le meilleur moyen est d’amender la terre avec ce qu’elle préfère et qu’elle fabrique elle même : la matière organique.
Elle est issue de la décomposition des organismes vivants.
Nous allons partir à la rencontre de ces agriculteurs qui réactivent et rationalisent des pratiques anciennes pour la fertilisation des sols et l’utilisation d’engrais naturels.

1ère Diffusion : 3/11/2021

Ca pousse au Fenua : Le coco S1 E11

Le coprah est la première filière agricole en Polynésie. Plus de 60 iles sont productrices, la superficie plantée représente environ 45000 hectares. L’huilerie de Tahiti recensait en 2012, 8000 coprahculteurs et une production moyenne de 12.000 tonnes par an.
La bourre de coco, le bois, la pulpe, le cœur, la coque … plus de cent produits commerciaux issus du cocotier ont été répertoriés dans le monde. Nous irons à la rencontre de l’Agropol et de son équipe qui initie et accompagne le développement de projets de transformation autour du coco.

1ère diffusion : 10/11/2021

Ca pousse au Fenua : Le rhum S1 E12

A Tahiti, les premiers rhums agricoles fabriqués à base de canne à sucre endémique ont été produits en 2015.
Ils sont quatre producteurs de rhum sur le territoire. Chacun à son niveau, avec son approche, s’est lancé dans la course du Rhum de Tahiti. Pour préserver cette ressource, la canne 0’Tahiti, ils se sont regroupés et ont même formé un syndicat professionnel. Ils réclament avant tout une IGP, indication géographique protégée.
A Taha’a, nous serons invités à visiter les champs de canne Bio, avec Olivier Duret pour Mana’o Tahiti et Laurent Masseron pour Pari Pari Rhum. A Moorea c’est Jérôme Chapelier et Jean-Michel Monot pour Manutea qui nous parleront de leur passion. Et bien sûr nous retrouvons sur Tahiti l’incontournable homme du renouveau de la canne à sucre David Moux et son Tamure rhum.

1ère diffusion : 17/11/2021

Ca pousse au Fenua : Lutte biologique S1 E13

Prévu pour abriter les cultures pendant la saison des pluies, les serres permettent de produire des fruits et légumes tout au long de l’année.
Si la culture sous abri peut résoudre les problèmes spécifiques occasionnés par des pluies intenses, elle est aussi à l’origine d’autres contraintes : la densification de nuisibles, champignons, virus, …
Produire des fruits et légumes de qualité est un véritable challenge, particulièrement sur le fenua où les cultures sont attaquées par une multitude de ravageurs importés (mouches blanches, acariens, pucerons, thrips, mouches mineuses, chenilles, etc.). Ces insectes prolifèrent très rapidement en raison du climat et causent des dégâts très importants dans les cultures.
Autant de contraintes qui amènent souvent les agriculteurs à utiliser la lutte chimique pour préserver leur rendement.

1ère diffusion : 1/12/2021

Ca pousse au Fenua : Formation initiale S1 E14

Direction la presqu’île ou nous allons retrouver des élèves du lycée agricole protestant John Doom de Taravao et apprendre avec eux à transformer les fruits pour les valoriser. Puis, nous nous occuperons des petits poissons de la section aquaculture. Pour avoir des élèves intéressés, il faut des professeurs passionnés et passionnants : Frédérique Gardes et Thomas Launay vont nous décrire leur enseignement. Nuku Hiva est notre prochain arrêt, le lycée agricole St Athanase des marquises a été ouvert en 1998 par Rémy Quinton. Ce personnage affable n’a de cesse de faire évoluer son établissement. Il est en passe de devenir bio.

1ère diffusion : 16/02/2022

Ca pousse au Fenua : Produire sur un atoll S1 E15

Sur l’atoll de Fakarava, de nombreuses surfaces agricoles ont vu le jour ces dernières années grâce au travail, la passion de jeunes agriculteurs. Tehei Asine, travaille seul sur son exploitation pas tout à fait bio mais naturelle, il nous expliquera le programme « protège », dans lequel il s’est engagé.

Malika Dexter et son mari gèrent eux, la plus grande surface agricole de l’atoll. Elle vend sa production très tôt le matin aux locaux mais aussi aux voiliers de passage.

Puis nous ferons une halte sur un petit motu à Arutua dont le jeune propriétaire ne s’est pas découragé face au manque d’eau : il cultive aujourd’hui choux chinois, aubergines et tomates. Pour lui il n’est pas question de courage mais de passion et de conviction.

1ère diffusion : 02/03/2022

Ca pousse au Fenua : La Permaculture S1 E16

La ferme permacole de Tipapa à Arue est l’une des premières exploitations en milieu urbain à Tahiti. Située sur les hauteurs du col du Tahara, et avec seulement 300m², elle produit désormais 2 tonnes de fruits et légumes par an. Jonathan Cuneo, gérant de la ferme familiale, a fait un cursus en commerce et après avoir testé ses compétences dans plusieurs domaines, il se réalise dans la permaculture en travaillant dans son potager tous les jours. Il cultive la terre en harmonie avec la nature, sans la brusquer ni l’abîmer. La permaculture, c’est une affaire de famille, car c’est Nathalie Cunéo, la maman de Jonathan, qui lui a transmis cette passion. Originaire d’une île tournée vers l’agriculture, Rurutu, Nathalie a commencé à s’intéresser à la permaculture voici une quinzaine d’années. Elle assure aujourd’hui, la formation de jeunes stagiaires à Faaa dans le cadre de l’association Hotuarea Nui, qui travaille à l’insertion des jeunes dans la vie professionnelle, l’idée étant de les rendre autonomes.

1ère diffusion : 09/03/2022

Ca pousse au Fenua : Le Raau S1 E17

Quand il ne s’agit pas de médecine dite conventionnelle, on parle de médecine douce ou complémentaire, à Tahiti ce sont les ra’au. Selon la définition du fare vanaa, « ra’au » a trois significations possibles : médicament, bois ou plante. C’est dire le lien entre la médecine traditionnelle et les plantes de Polynésie.
Les ra ’au élaborés par les tahua étaient associés, aux croyances et ils étaient accompagnés de prières avant, pendant et après leur préparation.
Aujourd’hui, le ra´au est toujours très demandé et c’est mamie Eva qui nous montrera un ra´au simple à préparer. Les recettes sont transmises de génération en génération. Yvette Temauri est une femme engagée et inspirante. Académicienne, elle a écrit un livre sur les ra´au et les plantes médicinales de notre Fenua.

1ère diffusion : 16/03/2022

Ca pousse au Fenua : Transformation S1 E18

Dans notre histoire, Il y a eu des famines. Alors pour pallier les pénuries, on a transformé pour conserver. Les Marquisiens faisaient le popoi, les poissons ou les bananes séchées, par exemple.
Aujourd’hui, nous produisons des fruits et légumes en abondance, mais que faire quand il y a surproduction, comment éviter le gaspillage ? L’agro-transformation est une solution pour transformer les produits agricoles. Il s’agit alors de procédés agroalimentaires. Depuis 2016, Tamatoa Chaze, jeune tahitien diplômé, avec le soutien de sa famille, décide de créer la Compagnie du Fruit Marquisien. Cependant, l’éloignement de l’archipel reste un handicap pour la commercialisation de produits frais et leur acheminement à Papeete peut altérer leurs qualités gustative et nutritionnelle. C’est pourquoi, avec un système de surgélation rapide et efficace, les fruits transformés voyagent et arrivent en parfait état à Tahiti.

1ère diffusion : 30/03/2022 Replay

Ca pousse au Fenua : Ca pousse à Rangi S1 E19

Aujourd’hui, c’est à Rangiroa que nous posons nos paniers afin de cueillir tout ce qui pousse sur ce très vaste atoll. Rangiroa, littéralement traduit par « ciel immense » en Paumotu est en effet le deuxième plus grand atoll par la superficie de son lagon. Il est composé de 240 motu.
On pourrait penser que le manque d’eau récurant et l’inexistence de terre y rendrait l’agriculture compliquée voire impossible. Pourtant depuis peu, Rangiroa est devenu un projet pilote pour l’agriculture aux Tuamotu.
Nous allons rencontrer quelques exemples de ces agriculteurs, ardents défenseurs de la nature. Raumati Sanford fait tout pousser sur son exploitation, Paul Natua Punaa, copraculteur, fait pousser de la vanille sur son motu et Emmanuel Tehuiotoa nous présentera son poulailler et sa pépinière en agro-foresterie. Ils sont tous soutenus et encouragés par monsieur le maire, Tahuhu Maraeura et ensemble, ils tentent de trouver des solutions pour nous prouver que « Ça pousse à Rangiroa ».

1ère diffusion : 06/04/2022 Replay

Ca pousse au Fenua : Ca pousse à Nuku Hiva S1 E20

Aujourd’hui, nous poursuivons notre périple jusqu’aux Marquises, et plus particulièrement à Nuku Hiva, le chef-lieu de l’archipel. Au cours de l’histoire, elle fut également nommée Madison Island puis l’île Marchand, et enfin Nuku Hiva lors de l’annexion par Charles de Thierry, roi de Nouvelles Zélande en 1835. Les français l’annexeront en 1843. Le tourisme est la principale activité sur l’île, suivie de la pêche puis l’agriculture. Depuis quelques années, l’une des branches la plus développée de l’agriculture est la permaculture, de plus en plus au goût du jour.

1ère diffusion : 13/04/2022 Replay

Ca pousse au Fenua : Tamanu S1 E21

Originaire d’Asie, le Tamanu, ou Ati, est un arbre tropical qui s’est répandu à-travers les âges dans divers pays à climat tempéré ainsi qu’à Tahiti.
Pouvant atteindre jusqu’à 20 mètres de hauteur, l’arbre donne de petites fleurs blanches au parfum suave et ce sont surtout ses fruits dont les amandes sont la matière première de l’huile de Tamanu.
Les Poro Ati, les amandes fraîches de Tamanu sont complètement dépourvues d’huile. Il faut les exposer au soleil pendant quelques semaines pour éliminer l’eau et activer la formation de l’huile. Elle est extraite par pression à froid pour offrir, après filtration, une huile épaisse de couleur jaune verte au parfum très aromatique.
Utilisée depuis des siècles en médecine traditionnelle polynésienne, l’huile de Tamanu suscite cependant depuis quelques années l’intérêt de certains secteurs de la médecine moderne comme la dermatologie mais également en cosmétologie. L’huile a en effet des propriétés diverses : régénérante, protectrice, cicatrisante, anti-inflammatoire et anti-bactérienne.

1ère diffusion : 14/09/2022 Replay ici

Ca pousse au Fenua : Elevage S1 E22

Avec 2,6 milliards de CFP de chiffre d’affaires en 2018, la production animale représente près du tiers du revenu de l’agriculture. Elle provient à 90 % environ des îles du Vent et est essentiellement porcine. Sur l’archipel des Marquises, ce sont 35 éleveurs qui sont recensés pour 1300 têtes de bovins. Un grand nombre de chèvres, importées à l’époque par les Français, se sont très bien acclimatées aux reliefs marquisiens. Mais l’élevage caprin particulièrement important sur ces îles des Marquises, est menacé et bloqué dans son développement faute d’un abattoir digne de ce nom. Pourtant la demande de viande caprine est bien présente tant sur l’archipel que sur Tahiti. Sculpteur de pierres fleuries, Jean Kautai élève des chèvres à Ua Pou. Elles vivent en liberté mais reviennent rapidement quand on les appelle pour les nourrir.
Henri Tamarii, agriculteur et éleveur pense que le secret pour subvenir à ses besoins est dans la diversification. Biquettes et fruits divers cohabitent dans sa belle vallée de Hakaeu.

1ère diffusion : 05/10/2022

Ca pousse au Fenua : Cantine scolaire S1 E23

Manger sain et équilibré à l’école, cela devient depuis de nombreuses années l’objectif principal des cantines scolaires. Il s’agit de nourrir de façon équilibrée et dans les règles d’hygiène les enfants scolarisés en maternelle et en primaire. Le Pays développe deux autres programmes pour l’éducation au goût et aux bons comportements alimentaires, en étroite collaboration avec les communes. Il s’agit de la création de potagers pédagogiques, de classes du goût, et de cooking classes, dans les écoles élémentaires. Et justement, à l’école de Mataiea, Mahini Lefoc, consultante en alimentation santé, accueille les élèves dans des potagers pédagogiques. Depuis de nombreuses années, Manihi prend très à cœur de veiller à ce que dès le plus jeune âge, et donc dès l’école, les enfants aient une alimentation saine et qu’ils puissent ainsi développer des habitudes alimentaires saines et durables.

1ère diffusion : 28/09/2022

Ca pousse au Fenua : Pandanus S1 E24

Le pandanus est présent dans toutes les îles de la Polynésie. Il pousse, en bord de mer et jusqu’à 800 mètres d’altitude. On reconnait facilement ses racines en faisceau.
Dans la plupart des pays, on ramasse ses feuilles séchées et tombées au sol.
En Polynésie, les feuilles de pae’ore, la variété de pandanus sans épines sont récoltées vertes sur l’arbuste. Tous les trois ou quatre mois, les habitants de Rurutu récoltent neuf à douze feuilles par pied. Pas plus, il faut ménager la plante.
Les artisanes des Australes sont les maîtresses incontestées du tressage de la feuille de pandanus. Mais ce que l’on sait moins, c’est que le, se blanchit ou se teinte, pour donner des produits finis bien plus jolis.
Nous allons suivre pas à pas Ponia et quelques-unes de ses amies de Rurutu, de la récolte au séchage, à la teinte jusqu’à la mise en rouleau de cette matière première. Puis, c’est avec Tohu Pita que nous allons la tresser en un magnifique chapeau. Chapeau, panier, peue, toutes ces créations sont vendues au petit « marché d’artisanat ».

1ère diffusion : 12/10/2022

Ca pousse au Fenua : Orange S1 E25

L’oranger a été introduit aux iles de la société en 1767 par le capitaine Cook. Au XIXe siècle, il y avait des plantations très importantes d’orangers à l’entrée et au fond des vallées. La production était telle entre 1200 à 1600 tonnes qu’en plus de la consommation locale et de la fabrication d’une boisson alcoolisée: I’Ava Anani, Tahiti pouvait se permettre d’exporter vers la Californie;
A la toute fin du XIX ème siècle, la triteza, maladie à prolifération fulgurante attaque les orangers. C’est l’effondrement.
Aujourd’hui la production annuelle est de l’ordre de 5 tonnes, localisée exclusivement sur les différents plateaux au-dessus de la Punaru’u et dont l’accès est strictement règlementé.

Ça pousse au fenua grimpe dans les hauteurs sur le plateau de Tamanu, à la rencontre de jeunes porteurs passionnés, tous deux prénommés Ariinui. Papa Taura, président de l’association des porteurs d’oranges, les accompagne, les conseille, les guide.
Il détient depuis 2001, le record du nombre de glanes descendues sur la plaine.

1ère diffusion : 02/11/2022

Ca pousse au Fenua : Biosécurité S1 E26

L’oryctès rhinoceros ou scarabée rhinocéros du cocotier est un insecte coléoptère de deux/trois centimètres de longueur, tout noir et le mâle adulte a lui aussi une grosse corne sur la tête.
C’est le ravageur du cocotier. Cette espèce invasive creuse la nuit, la couronne des arbres, et se nourrit de leur sève. En un rien de temps, c’est la cocoteraie tout entière qui est anéantie… C’est ce qui s’est passé aux Samoa, au Tonga, à Wallis et dans beaucoup d’autres pays du pacifique. Le rhinocéros c n’est qu’un exemple parmi bien d’autres….
Pour préserver le statut sanitaire du territoire, en 2017, l’ancien SDR, le service du développement rural a été divisé en deux grandes entités : la DAG, la Direction de l’agriculture, et la DBS, la Direction de la Biosécurité.
Les missions de cette dernière sont claires. Il s’agit d’élaborer et appliquer la réglementation en matière de protection des végétaux, de santé et de bien-être animal et de sécurité sanitaire des aliments et dans le même temps, de proposer et coordonner des plans de lutte contre l’introduction et la dissémination d’organismes nuisibles.
Nous suivrons les agents de la Biosécurité, à Motu Uta pour l’inspection des cargos internationaux mais aussi du transport inter-îles. Puis nous irons dans les plantations de Papara ou les contrôles sont réguliers.

1ère diffusion : 09/11/2022

Ca pousse au Fenua : Bois S1 E27

Dans les années 70, pour lutter notamment contre l’érosion et constituer des massifs exploitables, quelques 5000 hectares ont été plantés en pin des Caraïbes, répartis sur l’ensemble des îles hautes. Aujourd’hui, ces essences sont arrivées à maturité.
Pourtant nous importons encore 95% du bois de construction utilisé en Polynésie.
Une exploitation raisonnée de ce patrimoine forestier devrait permettre à terme de couvrir près du tiers de ses besoins.

Aujourd’hui nous allons nous intéresser plus particulièrement aux Australes.
La surface concernée représente près de 300 hectares à Tubuai, 120 à Raivavae, et une petite centaine à Rurutu.
Le Pays s’est engagé dans un vaste mouvement de soutien de cette filière forestière. Les études établies par le ministère de l’agriculture révèlent que d’ici à 2030, une bonne exploitation du bois de construction peut déboucher sur près de 200 emplois.
Et justement, à Rurutu, nous allons rejoindre Elin Teuruarii, et son une équipe enthousiaste qui s’active autour de la scierie nouvellement créée, mais on commence la visite avec Cyril Teinaurii, il va nous confirmer que le Pinus Caraibes de Rurutu est un « bon bois et qu’avec ses 35 à 40 ans d’âge, il est arrivé à une belle maturité ».

1ère diffusion : 16/11/2022

Ca pousse au Fenua : Pépinière S1 E28

résumé

1ère diffusion : 23/11/2022

Ca pousse au Fenua : Café S1 E29

résumé

1ère diffusion : 07/12/2022

Ca pousse au Fenua : Aquaponie S1 E30

résumé

1ère diffusion : 14/12/2022